Catégorie

Archive pour la catégorie « EDITH PIAF »

Edith Piaf – La Goualante du pauvre jean

Image de prévisualisation YouTube

Esgourdez rien qu’un instant
La goualante du pauvre Jean
Que les femmes n’aimaient pas

Mais n’oubliez pas
Dans la vie y a qu’une morale
Qu’on soit riche ou sans un sou
Sans amour on n’est rien du tout
Il vivait au jour le jour
Dans la soie et le velours
Il pionçait dans de beaux draps
Mais n’oubliez pas
Dans la vie on est peau d’balle
Quand notre cœur est au clou
Sans amour on n’est rien du tout

Il bectait chez les barons
Il guinchait dans les salons
Et lichait tous les tafias
Mais n’oubliez pas
Rien ne vaut une belle fille
Qui partage votre ragoût
Sans amour on n’est rien du tout

Pour gagner des picaillons
Il fut un méchant larron
On le saluait bien bas
Mais n’oubliez pas
Un jour on fait la pirouette
Et derrière les verrous
Sans amour on n’est rien du tout

Esgourdez bien jeunes gens
Profitez de vos vingt ans
On ne les a qu’une fois
Et n’oubliez pas
Plutôt qu’une cordelette
Mieux vaut une femme à son cou
Sans amour on n’est rien du tout

Et voilà mes braves gens
La goualante du pauvre Jean
Qui vous dit en vous quittant
Aimez-vous…



Edith Piaf – La Vie En Rose – 1954

Image de prévisualisation YouTube

Deux copines bavardent :

- Nous…Nous sommes mariés depuis deux ans et nous ne nous sommes jamais disputés!…Si jamais nous ne sommes pas d’accord sur quelque chose et que j’ai raison, mon mari accepte mon point de vue!

- Et si c’est lui qui a raison ?

- Aaaah ça!…Ce n’est jamais arrivé!!



Edith Piaf -Milord

Milord (1959)
Paroles: Georges Moustaki
Musique: Marguerite Monnot
Allez venez! Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cour
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue…

Pourtant, je vous ai frôlé
Quand vous passiez hier
Vous n’étiez pas peu fier
Dame! le ciel vous comblait
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules
Vous aviez le beau rôle
On aurait dit le roi
Vous marchiez en vainqueur
Au bras d’une demoiselle
Mon Dieu! qu’elle était belle
J’en ai froid dans le cour…

Allez venez! Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cour
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue…

Dire qu’il suffit parfois
Qu’il y ait un navire
Pour que tout se déchire
Quand le navire s’en va
Il emmenait avec lui
La douce aux yeux si tendres
Qui n’a pas su comprendre
Qu’elle brisait votre vie
L’amour, ça fait pleurer
Comme quoi l’existence
Ça vous donne toutes les chances
Pour les reprendre après…

Allez venez! Milord
Vous avez l’air d’un môme
Laissez-vous faire, Milord
Venez dans mon royaume
Je soigne les remords
Je chante la romance
Je chante les milords
Qui n’ont pas eu de chance
Regardez-moi, Milord
Vous ne m’avez jamais vue…
Mais vous pleurez, Milord
Ça, j’ l’aurais jamais cru.

+parlé:

Eh! bien voyons, Milord
Souriez-moi, Milord
Mieux que ça, un p’tit effort…
Voilà, c’est ça!
Allez riez! Milord
Allez chantez! Milord

Ta da da da…
Mais oui, dansez, Milord
Ta da da da…
Bravo! Milord…
Ta da da da…
Encore, Milord…
Image de prévisualisation YouTube